1/14

 Calotype (négatif papier), tiré par contact sur papier gélatino-argentique, fait par l'artiste,

différents petits formats. Édition de 10.

«Le beau n’est rien que le commencement du terrible que nous supportons encore, et si nous l’admirons, c'est qu’il dédaigne, indifférent, de nous détruire. Tout ange est terrifiant.» Rilke (Elégies de Duino)

 

Le Cirque Noir
"Un théâtre dans un petit format où se joue la scène, la rêverie, le fantasme. Abordant les thèmes du souvenir, de l'ésotérisme et de l'imaginaire collectif, ces photographies sont la trace des êtres d'un autre temps. Comme dans un manège, les fantômes dansent dans la chambre noire. Un studio itinérant où autant de figures viennent s'y transformer, s'y représenter, s'y perdre. Ainsi commence le jeu obscur de l'inconscient où tout est possible."  Sara Imloul 2011

 

 


À lire : "Le Cirque Noir, l'Inquiétante Étrangeté"

texte Armelle Brusq

«The beautiful is nothing but the beginning of terrible, that we are still able to bear; we admire it because, in its indifference, it doesn't consider it worthwhile to destroy us. All angels are terrifying. » Rilke (Elégies de Duino)

The Black Circus
"The Black Circus is a small theatre where drama, dreams and fantasies are performed. Approaching the themes of the memory, esotericism and collective imagination, these photographs are like meeting upsetting traces of human beings who lived in former times. Like in an arena phantoms are dancing in the black room. It is a moving room where a lot of figures meet to be transformed, put on stage and itself there to lose. In this way the obscure game of the unconscious starts and everything becomes possible." Sara Imloul

To be read : "The Black Circus, a distrurbing strange-ness" text Armelle Brusq

Copyright © 2019  Sara Imloul. All Rights Reserved.