1/31

Technique mixte sur calotype (négatif papier), tiré par contact sur papier gélatino-argentique,

fait par l'artiste, 10x12cm. Édition de 7.

Das Schloss (Le Château) 2014

Un lieu, une histoire, un huis clos. Une constellation familiale surréaliste. 
J’ai eu envie de travailler dans ma maison de famille, en Lorraine. Installer ma chambre noire et les photographier, eux, moi, à ma manière.
Comme je les pense, comme ils m’inspirent. Un travail intime sur une période d’un an. Comme une expérience entre deux mondes, une introspection à travers l’oeil photographique.
Faire des images où mon grand-père, ma mère, ma tante, ma cousine et moi–même serions mis en scène à travers des compositions symboliques.

Placer des éléments dans ces “tableaux”, dessins, collages, comme des symboles. Les lettres d’un alphabet à déchiffrer. Les séquences d’un cinéma personnel en noir et blanc. Jeux de rôles, jeux de matières, pour troubler la perception des corps, des espaces et surtout, troubler la frontière entre projection et réalité. 
 

Qui est derrière ce masque ? Qui joue le rôle de qui ? La maison est devenue l’écrin, la boite crânienne où se formaient les cadavres exquis de mon imaginaire."  Sara Imloul. 2014

 

 

 

À lire : extrait "Das Schloss", Éditions Filigranes 2015

Texte Michel Gaillot

Das Schloss (The Castle) 2014

"I wanted to work in my family house, in Lorraine. To install my darkroom and photograph my family them, me, in myown way. Just as I think of them, as they inspire me. An intimate work over a period of one year. As an experiment between two worlds, an introspection through the photographic eye.

Making images where my grandfather, my mother, my aunt, my cousin and myself would be staged through symbolic compositions, placing items in these «tableaux», drawings, collages, like symbols, letters from an alphabet you have to decrypt.
A personal film in black and white sequences. A play on roles and reality, confusing the perception of bodies, spaces and above all, disturbing the thin line between projection and reality. 

Who is behind this mask? Who is playing the role of whom?
Then the House becomes the setting, the place where the game of consequences came from my imagination." 
Sara Imloul. 2014

To be read : "Das Schloss""", Éditions Filigranes 2015

Text Michel Gaillot

THE DARKROOM RUMOUR _Sara Imloul | Das Schloss

France - 2015 fr 25'

Réalisation : Thomas Goupille

Au rez-de-chaussée d’une vaste demeure familiale, évoluant entre une antique chambre photographique et un laboratoire débordant de dangereux produits chimiques, une jeune photographe s’active. Elle semble en plein doute. Les prises de vue s’enchaînent. Les déceptions également… C’est en découvrant la calotypie que Sara Imloul a eu l’idée de ses premières séries photographiques. Se réappropriant ce procédé historique en le mêlant à des expérimentations personnelles, elle explore un univers à la fois mystérieux et poétique qui illustre toute la richesse de la photographie actuelle.